Qui sommes-nous ?

L’Andorre vécut une profonde transformation sociale et paysagère pendant la deuxième moitié du XXe siècle, une époque pendant laquelle surgirent bon nombre d’images reçues, très imprécises, sur un pays à l’histoire longue et complexe. Pour la connaître, il suffit de parcourir ses vallées et ses montagnes, et découvrir ses petits musées, qui expliquent son histoire et celle de sa société à partir de thématiques diverses.

La Loi 9/2003 du patrimoine culturel de l’Andorre définit les musées comme des “institutions culturelles permanentes à but non lucratif, au service de la société et de son développement, qui réunissent, acquièrent, conservent, recherchent, documentent et exposent des données matérielles de l’être humain et de son entourage, ainsi que des ensembles de biens culturels et naturels dans des buts d’étude, d’éducation et de loisir” (article 33.1 de la Loi 9/2003 du 12 juin).

La Section des Musées et des Monuments du Ministère de la Culture gère les équipements muséaux, les monuments et les églises ouverts au public dans le but d’en garantir la préservation, la diffusion, la dynamisation et l’attraction de visiteurs. Les Comuns (administrations locales) et d’autres institutions privées se chargent de plusieurs équipements culturels. Ensemble, ils forment la Table des Musées, et vous les trouverez sur Museus.ad.

 

De 1935 à 1955

Le tourisme du début du XXe siècle trouva en Andorre un environnement accueillant, exotique et tranquille, dans un pays où l’infrastructure touristique et les services étaient presque inexistants et dont le réseau routier était déficient. Le tourisme était attiré par un paysage vierge, encore à découvrir.

L’offre muséale n’existait pas encore, à une exception près : le Musée de Zoologie, qui fonctionna entre les années 1935 et 1955 et se trouvait dans le bâtiment qui de nos jours accueille l’Auditoire National, à Ordino. Le musée était privé ; il fut fondé par Pau-Xavier d’Areny-Plandolit qui, entre autres métiers et loisirs, était naturologue et taxidermiste. Le musée andorran possédait une collection d’animaux empaillés (éléphants, girafes, lions, serpents, etc.), mais cette collection fut vendue au Musée de Zoologie de Barcelone suite à des problèmes économiques. Il ne reste que des documents photographiques qui nous donnent une idée sur la collection et l’exposition du musée, présentée comme une sorte de gallérie de curiosités.

 

De 1955 à la fin des années 1980

Cette deuxième étape est caractérisée par le tourisme appelé de masse, intimement lié au phénomène commercial et à l’amélioration généralisée des communications et des services.

À ce moment-là, l’Andorre s’ouvre culturellement à l’extérieur. Les premières générations d’andorrans universitaires sont a la tête d’un surgissement de la culture andorrane. C’est alors, pendant ces décennies prodigieuses, que prennent forme plusieurs projets de musées et que le Département du Patrimoine Artistique National est créé. Trois grands projets sont exécutés à cette époque-là :

  • Le Musée Casa d’Areny-Plandolit. La maison et la propriété du baron et syndic Guillem d’Areny-Plandolit (1822-1876), au cœur du village d’Ordino, furent vendues au Consell General l’an 1972. La maison de maître dispose d’espaces caractéristiques d’une famille aisée, bourgeoise, détentrice d’un titre de noblesse et propriétaire d’une des forges de l’Andorre. La maison fut restaurée et aménagée pour montrer un mode de vie peu concret et peu courant : une vie bourgeoise avec des réminiscences seigneuriales aux hautes vallées pyrénéennes entre les années 1700 et 1900. Le musée est ouvert depuis l’année 1985.

 

  • Le Musée Postal. Les origines de cet équipement remontent à une exposition de l’an 1982 sur le courrier en Andorre, lorsque l’on crut pertinent d’exposer cette thématique de façon permanente. Le premier musée, installé au dernier étage de la Casa de la Vall, siège du parlement andorran, fut conçu par une commission formée par des représentants du Gouvernement andorran et des services de poste espagnole et française. Le petit musée montrait le système de fabrication des timbres, les timbres andorrans émis depuis 1860 et d’autres matériaux présents sur les images gravées sur les timbres. On pouvait y voir aussi une petite pièce dédiée à la numismatique, où l’on exposait une collection de pièces émises par la viguerie épiscopale. Le premier Musée Postal fut démonté en 1991, à cause des travaux entrepris pour rédiger la Constitution de la Principauté d’Andorre, et il rouvrit en 1998 à Ordino, au bâtiment de l’Era del Raser. Le Musée Postal occupait à l’origine les deux étages, mais depuis l’année 2017, il n’en occupe plus qu’un, puisque l’étage inférieur est dédié à des expositions temporaires. La collection de timbres est en train d’être numérisée.

 

  • Le Musée National de l’Automobile. L’idée d’ouvrir un équipement culturel dédié à l’histoire de l’automobile est née à partir des négociations entre des collectionneurs de véhicules anciens et la Conselleria de l’Éducation et de Culture. Le Musée National de l’Automobile fut inauguré l’an 1987 à Encamp, avec une conception muséale consistant en une simple exposition du fonds des collectionneurs, avec une centaine de véhicules fabriqués depuis l’an 1894 jusqu’à la fin du XXe siècle, une cinquantaine de motos et une centaine de vélos. Il s’agit d’une des collections les plus importantes en Europe.

 

 

Depuis la fin des années 1980 jusqu’à nos jours

À partir de la fin des années 1980 et, surtout, depuis 1994, la Conselleria de l’Éducation et de la Culture, nourrie par une génération d’andorrans universitaires, redéfinit une nouvelle politique muséale. Les publications se multiplient et on organise les premières expositions temporaires sur des thèmes proprement patrimoniaux : Andorra arqueològica (« Andorre archéologique », 1985),  Andorra medieval (« Andorre médiévale », 1988), Joies de la prehistòria (« Joyaux de la préhistoire », 1992), Seure a taula (« S’asseoir à table », 1995), etc. Toutes les expositions eurent un grand impact médiatique et un nombre de visiteurs jamais vu parmi les citoyens andorrans. Ainsi, le goût pour le patrimoine s’accroît grâce à ces expositions et à d’autres politiques patrimoniales, mettant en évidence le besoin d’augmenter le nombre de ces initiatives.

C’est alors que commence une transformation de la politique culturelle en Andorre liée à celle de la communauté, qui évolue à un rythme vertigineux.

En 1986, l’Andorre devient membre de l’ICOM (le Conseil International des Musées) et l’on s’interroge sur le rôle des musées dans le pays pyrénéen, étant donné qu’il s’agit d’une des formes les plus vivantes pour expliquer, interpréter et conserver le patrimoine culturel et l’histoire d’une communauté.

La Casa de la Vall, toujours siège du Consell General à cette époque-là, était une infrastructure ouverte et visitable de façon plus ou moins habituelle depuis des années. En 1990, la Conselleria de l’Éducation et de la Culture décida de former des guides afin d’offrir des visites gratuites au siège parlementaire.

En 1994, on commença a établir les bases du système muséal andorran, configuré comme un réseau des musées existants, distribués dans tout le territoire, comme une série d’antennes intégrées au sein de thématiques générales, afin de rassembler les contenus et les discours et d’éviter ainsi de les dupliquer.

Ce système permet de travailler les thématiques, dans certains cas en forme d’itinéraires liés à un tronc commun agglutinant qui devra évoluer en une structure plus grande : le Musée National d’Andorre.

Voici une liste des musées et des monuments actuellement ouverts au public :

  • Casa de la Vall. Maison construite par la famille Busquets en 1580 selon le blason de la porte, acquise par l’ancien Consell de la Terra l’an 1702 pour en faire son siège. La structure de la maison suit le modèle des masies catalanes avec des réminiscences seigneuriales. Elle fut restaurée en 1962 et acquit alors son aspect actuel. Le rez-de-chaussée accueille l’ancien Tribunal de Corts, et le premier étage contient l’ancienne salle de sessions du Consell General, qui fonctionna jusqu’à l’ouverture du nouveau siège parlementaire en 2011.

 

  • Sanctuaire de Meritxell. Tout un symbole du pays. Conçu par l’architecte Ricard Bofill, le nouveau sanctuaire fut inauguré en 1976, suite à l’incendie qui en 1972 détruisit l’église d’origine. L’ancienne chapelle fut rénovée en 1994 afin d’accueillir l’exposition permanente Meritxell memòria, à travers laquelle les images des souvenirs, des réunions, des cérémonies et des objets s’entremêlent pour transmettre un héritage vivant dans la mémoire collective du peuple andorran.

 

  • Musée Postal. La salle, à l’intérieur de l’Era del Raser d’Ordino, explique l’histoire du système de courrier andorran et l’arrivée en Andorre des systèmes de poste français et espagnol.

 

  • Casa Rull de Sispony. Inaugurée l’an 2000 en tant que musée, cette maison du XVIIe siècle, riche mais sans luxes, représente la société traditionnelle andorrane, où l’idée de famille et de patrimoine devient l’élément principal de l’organisation sociale. Le musée dispose d’un espace d’ateliers pour les écoles, d’une salle polyvalente pour y projeter un audiovisuel, et d’une petite boutique.

 

  • Farga Rossell. L’ancienne forge de la famille Rossell, bâtie entre les années 1842 et 1846, et ayant fonctionné jusqu’en 1876, fut reconstruite puis inaugurée en tant que Centre d’Interprétation du Fer l’an 2003. On y explique la transformation du minerai de fer en lingots et leur commercialisation ultérieure dans les marchés catalans. La visite inclut un spectacle multimédia dans l’ancienne charbonnière, deux audiovisuels didactiques dans la zone de l’atelier, une visite aux installations hydrauliques et l’option d’une démonstration du martinet. L’installation fait partie de la Route du Fer dans les Pyrénées et de l’Itinéraire du Patrimoine Industriel du Conseil de l’Europe.

 

  • Espai Columba. Inauguré l’an 2019, cet équipement culturel a pour but de protéger, de conserver et de présenter les peintures murales d’origine de l’abside de Santa Coloma, du XIIe siècle, ainsi que plusieurs objets liturgiques issus des églises andorranes. Pour la plupart, les objets furent récupérés du Centre d’Interprétation Andorra Romànica, inauguré l’an 2006 au village de Pal et fermé en 2019 avec l’inauguration de l’Espai Columba. La visite au musée est complétée par celle de l’église de Santa Coloma, où le visiteur peut profiter d’une projection de mapping vidéo qui reproduit l’intérieur d’origine de l’église  et montre son aspect approximatif au XIIe siècle.

 

  • Casa d’Areny-Plandolit. La maison de la famille Areny-Plandolit fut ouverte en tant que musée l’an 1985 en montre la vie d’une famille bourgeoise avec des réminiscences seigneuriales aux hautes vallées pyrénéennes entre les années 1700 et 1900.

 

  • Musée National de l’Automobile. Inauguré l’an 1987 avec une centaine de véhicules de fonds privés, il présente une muséographie obsolète dans un bâtiment non adapté aux besoins d’un musée. Le Ministère de la Culture a déjà approuvé le projet du nouveau musée, qui sera également construit à Encamp, face à l’emblématique Hôtel Rosaleda, siège actuel du Ministère. L’importante collection de vélos intègrera le futur Musée du Vélo que prépare le Comú d’Andorre-la-Vieille.

 

Parallèlement, un réseau de musées de gestion locale et privée, ainsi que d’autres dont la gestion est mixte, a également pris forme, constituant ainsi une vaste offre culturelle.

 

  • Casa Cristo. En fonctionnement depuis 1995, ce musée montre le mode de vie des familles les plus humbles. La maison musée transporte le visiteur vers l’Andorre de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle et, plus précisément, au sein de la strate la plus humble de la société de l’époque : une famille de paysans. Le musée est géré par le Comú d’Encamp.

 

  • Musée de la Miniature. Ce musée privé accueille de puis 1996 les micro-miniatures faites à la main par Nikolai Syadristy à partir de matériaux nobles comme l’or ou le platine, ainsi que de matériaux plus communs comme du papier, des graines de fruits ou des grains de blé.

 

  • Fàbrica Reig. Ouverte l’an 2003 sous le nom de Musée du Tabac, Ancienne Usine Reig, cette infrastructure privée explique les processus de travail du tabac, sa manufacture et sa commercialisation ultérieure. L’usine Reig fonctionna entre 1909 et 1957. De plus, elle dispose d’un grand espace destiné à des expositions temporaires de qualité.

 

  • Musée du Parfum. L’espace privé Musée du Parfum – Fondation Júlia Bonet, inauguré l’an 2004, rassemble les histoires et les sensations de milliers de parfums de toutes les époques ; un équipement surgi de l’activité et du collectionnisme de sa fondatrice.

 

  • Musée de la Moto. Également connu sous le nom de Musée des Deux Roues, il fut inauguré en 2005 face à l’église de Sant Joan de Caselles. Cet équipement est dédié de façon exclusive au monde de la motocyclette et est également constitué par plusieurs collections privées. Le Comú de Canillo en prépare le déménagement au bâtiment du Télécabine.

 

  • Centre d’Art d’Escaldes-Engordany. Le bâtiment historique construit par les moines de Montserrat accueille depuis 2005 une vaste collection de maquettes de l’art roman, ainsi que la collection de sculptures de Josep Viladomat. Le CAEE dispose également d’une salle d’expositions temporaires dynamique et offre une programmation culturelle avec des activités pour tous publics. Il est géré par le Comú d’Escaldes-Engordany.

 

  • Musée d’Art Sacré de Santa Eulàlia. Installé dans un bâtiment annexe à l’église paroissiale de Santa Eulàlia d’Encamp, cet espace accueille plusieurs objets liturgiques, dont certains trouvés pendant des travaux de rénovation de l’église. Il est géré par le Comú d’Encamp.

 

  • Centre de Nature de la Cortinada. Depuis 2007, cet équipement installé dans l’ancienne maison du métayer de la maison Rossell de la Cortinada accueille l’exposition permanente sur la formation des Pyrénées et les phénomènes climatologiques qui ont façonné le paysage andorran, ainsi que la flore et la faune du pays. Géré de façon mixte par le Gouvernement andorran et le Comú d’Encamp, il déménagera à l’avenir à Ordino.

 

  • MW Musée de l’Électricité. Cet espace fut inauguré l’an 2009 dans le but de transmettre des connaissances et de faire connaître l’histoire de l’électricité en Andorre. L’équipement se trouve au rez-de-chaussée du bâtiment de la centrale hydroélectrique de Forces Elèctriques d’Andorra (FEDA), qui commença à fonctionner en 1934 (alors qu’il s’agissait encore de FHASA). Le musée accueille également des expositions temporaires.

 

  • Site Archéologique de la Margineda. Inauguré l’été 2012, il est le résultat de six campagnes de fouilles qui mirent au découvert un des sites archéologiques médiévaux documentés les plus importants en Andorre. Géré par Molines Patrimonis, il ouvre pendant l’été.

 

  • Mine de Llorts. La mine de fer de Llorts nous permet de découvrir le travail de la sidérurgie dans la Principauté d’Andorre entre le XVIIe et le XIXe siècle, époque pendant laquelle cette activité devint l’une des principales sources de revenu du pays. Gérée par le Comú d’Ordino, la mine est actuellement ouverte au public pendant la saison d’été.

 

  • Meule et scierie de Cal Pal. Installées à la Cortinada, à côté de la rivière, elles sont un exemple clair du passé actif de la vallée d’Ordino. Elles datent de fin du XVIe siècle et début du XVIIe, et elles mirent fin à leur activité aux alentours des années 1960. Elles faisaient partie des propriétés de Cal Pal. Gérées par le Comú d’Ordino, elles n’ouvrent que pendant l’été.

 

  • Centre d’Interprétation du Comapedrosa. Inauguré à Arinsal l’an 2015, l’équipement du Comú de la Massana offre une vision sur la flore, la faune et la géomorphologie du Parc Naturel du Comapedrosa à travers les panneaux explicatifs. Il dispose également d’un audiovisuel qui montre l’évolution du parc à travers les saisons et plusieurs parcours pour faire des excursions.

 

  • Musée Carmen Thyssen Andorra. Inauguré en mars 2017 au rez-de-chaussée de l’Hostal Valira, le musée organise des expositions temporaires annuelles alimentées par la Collection Carmen Thyssen-Bornemisza, l’une des collections privées les plus importantes au monde. Il est géré par la Fondation Museu Andorra, formée par la famille Thyssen-Bornemisza, le Gouvernement andorran et le Comú d’Escaldes-Engordany.

 

  • Cal Pal de la Cortinada. Documentée depuis 1347, la maison a été restaurée par la propriété (famille Reig) et elle ouvrit ses portes en octobre 2018 en tant qu’espace socio-culturel. Cal Pal accueille des expositions temporaires, dont la première fut Primera pedra (« Première pierre »), de Jordi Fulla (1967-2019), dédiée à la pierre sèche.

 

  • Musée La Massana Còmic – Joan Pieras. En 2019, le Comú de la Massana décida d’améliorer cet espace dédié à la bande dessinée, qui accueille depuis 23 ans le Salon La Massana Còmic. Géré par l’Association Andorrane de la Bande Dessinée, l’Illustration et l’Animation, son but est de préserver et de promouvoir l’important fonds graphique et bibliographique qu’il conserve, tout comme d’organiser des expositions temporaires, des ateliers et des activités autour de la bande dessinée, l’illustration et l’animation.

 

Le réseau des musées est le reflet de la vie de la communauté. Les musées de l’Andorre sont des musées de leur époque, qui prennent en charge l’interprétation du territoire et des facteurs qui en conditionnent l’identité et le sentiment d’appartenir à une communauté ayant vécu une grande transformation depuis les années 1950.

Le patrimoine culturel constitue l’un des témoignages principaux de l’histoire, l’identité et la créativité d’un pays. La préservation de cette richesse collective et sa transmission aux générations futures dans les meilleures conditions possibles est un devoir essentiel de la société et des pouvoirs publics.

 

 

Pour parvenir à ce but, voici la législation régissant le patrimoine culturel andorran :

 

Article 34 de la Constitution de la Principauté d’Andorre

« L’Etat garantit la conservation, la mise en valeur et la promotion du patrimoine historique, culturel et artistique de l’Andorre. »

 

Loi 9/2003 du patrimoine culturel d’Andorre

https://www.bopa.ad/bopa/015055/Pagines/2F8D6.aspx

 

Loi 15/2014 modifiant la Loi 9/2003 du patrimoine culturel andorran

https://www.bopa.ad/bopa/026051/Pagines/lo26051004.aspx

 

Le Comité consultatif du patrimoine culturel est l’organe de conseil du Gouvernement en matière de patrimoine culturel.

https://www.cultura.ad/consell-assessor-del-patrimoni-cultural

 

Adhésion et signature de plusieurs accords et traités internationaux sur la matière.

https://www.exteriors.ad/ca/tractats-i-acords-internacionals

Plan stratégique des musées d’Andorre 2017-2023

Le Plan stratégique des musées d’Andorre 2017-2023 a pour but d’analyser la situation présente et propose une série de mesures à court et moyen terme pour les musées de la Principauté gérés par le Gouvernement. Le Plan des Musées prévoit plusieurs lignes d’action pour contribuer à ce que ces installations deviennent des éléments vertébraux de politiques de développement culturel, ainsi que des équipements touristiques permettant d’attirer des visiteurs au territoire, d’offrir un récit de qualité et de fidéliser un public intéressé par la culture.

 

Plan des musées 2017-2023.

 

Les conclusions de l’étude menée sont le point de départ pour d’autres actions spécifiques, comme par exemple l’analyse des collections (publiques et privées), la prévision des dépenses et des investissements des prochaines années, l’étude d’application d’un futur Musée National ou un plan de gestion intégral du patrimoine culturel. La somme de toutes ces actions permettra de compléter la vision générale servant à organiser l’horizon muséal et patrimonial de l’Andorre. Ce plan a également pour but d’augmenter l’impact culturel et économique des musées andorrans sur la population et le tourisme de l’Andorre.

Le Plan stratégique est en accord avec les politiques du Ministère de la Culture, et prévoit de préserver, d’accroître et de garantir l’accès aux collections nationales et d’optimiser les ressources humaines des musées, tout comme d’améliorer les capacités techniques et professionnelles de ses travailleurs afin de garantir un service et une diffusion de qualité, favorisant ainsi une gestion autonome.

Le document inclut aussi la possibilité d’augmenter le financement des musées, que ce soit pour le développement des actions du Plan comme pour leur maintenance ultérieure, ainsi que pour déployer et incorporer les nouvelles technologies dans le discours et dans la gestion des musées. De plus, il met l’accent sur la nécessité de promouvoir le rôle éducatif des musées et d’en renforcer la présence dans les programmes curriculaires et éducatifs.

Les actions offrent également des mesures pour veiller à la diffusion et à la promotion des musées à court, moyen et long terme. Le Plan prévoir d’établir des normes face à la création de nouveaux musées, pour la sécurité et la conservation des collections, tout comme pour la dotation du personnel nécessaire pour développer les lignes d’actions et offrir une continuité à l’évolution de futurs plans stratégiques.

Pour conclure, le Plan stratégique des musées d’Andorre fait une série de propositions d’application entre 2017 et 2023, des actions priorisées et ordonnées dans le temps nécessitant de l’effort et de l’engagement ferme des agents politiques et culturels qui y participent. Nous comptons parmi ces propositions : la mise à jour des discours et la création de nouveaux récits ; la redéfinition de la présentation des nouvelles collections muséographiques ; une stratégie numérique intégrale ; une approche nouvelle pour des musées catalyseurs de nouveaux produits culturels ; une stratégie de visites ; offrir une continuité à l’évaluation du public ; le déploiement d’un règlement des musées ; la professionnalisation des services ; le développement de projets de collaboration internationale et, finalement, le projet conceptuel d’un futur Musée National.

Museus Nacionals d'Andorra

​​Catalan

 

Guia Cultura

Catalan     Espagnol     Anglais     Français

 

Casa d'Areny-Plandolit

Catalan     Espagnol     Anglais     Français

 

Conjunt Històric de Meritxell

Catalan     Espagnol     Anglais     Français

 

Ruta del ferro: llibre guia​

Catalan     Français

 

Ruta del ferro: activitats

Catalan     Français

 

La farga Rossell

Catalan     Espagnol      Anglais     Français

 

Bus turístic Andorra - 4 idiomes

Catalan, espagnol, anglais, français

 

Un altra mirada és possible

Catalan

 

Pla Estratègic dels Museus d'Andorra

Catalan

 

Benvingudes a casa vostra!​

Catalan

 

Santa Coloma: els origen - videomapatge

Catalan

 

Ruta del Ferro als Pirineus

Catalan

Démarches administratives

 

Inscription au Fonds du Musée National de l’Automobile

 

La condition requise minimale pour qu’un véhicule puisse intégrer le Fonds du Musée National de l’Automobile est qu’il soit ancien, c’est-à-dire qu’il ait été immatriculé il y a 25 ou plus. Si vous ignorez son âge, il faut prendre la date de sa première immatriculation ou, le cas échéant, la date à partir de laquelle le type ou la variante n’a plus été fabriqué.

 

Véhicules à documentation andorrane

Le propriétaire doit fournir la demande d’inscription au Fonds du Musée National de l’Automobile, au Servei de Tràmits du Gouvernement andorran, accompagnée des documents suivants :

  • Une photographie de chaque côté du véhicule en format physique, de 10 x 15 cm (quatre dans le cas des voitures et deux dans le cas des motos).
  • Un dossier avec les particularités du véhicule, si nécessaire.
  • Le certificat de la révision de l’ITV en cours, si disponible.
  • Une fois la demande évaluée par le Département du Patrimoine Culturel, le propriétaire est convoqué à une inspection oculaire du véhicule par la Commission Technique du Musée National de l’Automobile, qui se réunit une fois par mois (sauf au mois d’août). [À savoir : les seuls véhicules cités à l’inspection oculaire seront ceux dont la demande aura été déposée avant le vendredi antérieur à la date de réunion de la Commission.]
  • Une fois le véhicule déclaré apte ou non pour intégrer le Fonds du Musée National de l’Automobile selon les critères établis par la Commission Technique, le demandeur doit aller chercher la résolution certifiant que le véhicule fait partie du Fonds du Musée National de l’Automobile dans un délai d’une semaine à partir de la date de l’inspection, au Servei de Tràmits du Gouvernement.

 

Véhicules d’importation de moins de 25 ans de série limitée

Dans le cas des véhicules d’importation âgés de moins de 25 ans, il faut fournir :

  • La fiche technique du véhicule ou le permis de circulation.
  • Le certificat original du fabriquant prouvant que le véhicule appartient à une série limitée d’unités.
  • Un dossier décrivant les particularités historiques et techniques du modèle avec les documents à l’appui (par exemple : série limitée, modèles exclusifs ou de diffusion limitée, véhicule d’un personnage notoire, participation à un évènement historique, etc.).
  • Dans le cas de véhicules de compétition, il faut fournir un dossier avec le palmarès ou les participations aux compétitions avec les documents à l’appui. Le propriétaire pourra aller chercher la résolution certifiant l’inscription du véhicule du Fonds du Musée National de l’Automobile au Servei de Tràmits du Gouvernement. 

 

Critères d’évaluation de la Commission Technique appliqués aux véhicules souhaitant intégrer le Fonds du Musée National de l’Automobile

1 L’état de conservation doit être excellent. Il faut faire la distinction, dans ce sens, entre un véhicule ancien et bien conservé et un véhicule dont le moteur, la carrosserie, le revêtement intérieur, les accessoires et le fonctionnement sont en parfait état, prêts à être exposés dans un musée. On considère des véhicules de musée ceux qui, malgré ne pas être inclus dans la catégorie de véhicules anciens, présentent des caractéristiques mécaniques, esthétiques, techniques, artistiques, historiques, de production ou autres semblables, leur octroyant une valeur, à effets d’exposition, semblable à celle des véhicules anciens (Loi du Code de la circulation du 10 avril 1999, article 1.48).

2 Authenticité. Les pièces constitutives du véhicule doivent avoir été fabriquées dans la période de production normale du type ou de la variante dont il s’agit. Pour ce qui est des rechanges, sauf pour les éléments fongibles remplacés par des reproductions ou équivalents produites au-delà de la période de production normale, ils doivent être identifiés sans ambigüité. Dans le cas de modifications de la structure ou des composants, la Commission Technique évaluera l’inscription du véhicule au Fonds du Musée National de l’Automobile.

3 Véhicules historiques de l’Andorre. Des véhicules ayant fait partie de l’évolution historique de l’Andorre. Ils peuvent être inclus dans l’Inventaire général de biens meubles du patrimoine culturel d’Andorre.

4 Véhicules singuliers. Des véhicules ayant un intérêt singulier pour l’Andorre, liés à un évènement de transcendance historique par leur appartenance à une personnalité importante ou par leur participation à l’évènement lui-même, ou bien faisant partie d’une série manifestement limitée, ou dont l’intérêt est dû à une toute autre circonstance importante : technique, artistique, historique, de production ou autres semblables, leur octroyant une valeur, dans des buts d’exposition, semblable à celle des véhicules anciens (Loi du Code de la circulation du 10 avril 1999, article 1.48).

 

Droits et obligations

Les véhicules acceptés par la Commission Technique et intégrant le Fonds du Musée National de l’Automobile sont soumis aux droits et obligations suivants :

 

Droits

  • Exemption de la taxe de détention de véhicules à partir de l’année suivante à l’inscription au Fonds et au fil des années suivantes, en application de l’article 2.1 de la Loi sur la taxe de détention de véhicules du 5 avril 1994.
  • Bénéficier d’une fréquence biennale pour l’inspection technique de véhicules à partir de l’année suivante à l’inscription au Fonds, en accord avec l’article 167.7, paragraphe G, du Code de la circulation.

 

Obligations

  • Le Ministère de la Culture ou le Département du Patrimoine Culturel peut requérir le véhicule inscrit au Fonds afin de l’exposer dans le musée, dans des expositions ou lors d’évènements liés au Musée National de l’Automobile ou au Département du Patrimoine Culturel, et les périodes et les assurances pour l’exposition seront établis d’un commun accord avec le propriétaire.
  • En cas d’exportation ou de changement de nom du véhicule, le propriétaire doit en informer le Département du Patrimoine Culturel.

Pour plus d’information, consultez la fiche technique d’adhésion au Fonds du Musée National de l’Automobile (en catalan).

 

Location des espaces

La plupart des musées, comme tous les monuments du pays, se trouvent sur des espaces historiques et singuliers. Si vous souhaitez organiser un évènement dans un de ces espaces, il faut réserver préalablement moyennant ce formulaire, que vous devrez envoyer à l’adresse suivante : area_museus@govern.ad. La Section des Musées et des Monuments vous contactera afin de concrétiser les besoins et le budget de l’évènement que vous souhaitez organiser.

 

Demande de filmage ou de reportage photographique aux musées et monuments

Si vous souhaitez réaliser des filmages ou des reportages photographiques à l’intérieur des musées et monuments gérés par le Ministère de la Culture et des Sports, il vous faudra faire une demande moyennant ce formulaire, et l’envoyer avec au moins deux jours ouvrables d’avance à l’adresse suivante : area_museus@govern.ad.

 

Demande de prêt de clés

Dans le cas de visites touristiques, le Ministère de la Culture et des Sports met les clés de certains des monuments romans du pays gérés par le Gouvernement andorran (Sant Martí de la Cortinada, Sant Romà de les Bons, Sant Miquel d’Engolasters et Sant Serni de Nagol) à disposition des guides accrédités par le diplôme du Cours d’habilitation d’informateurs touristiques, ainsi que des membres de l’Association de Guides Touristiques d’Andorre.

Vous pouvez réserver les clés moyennant ce formulaire, et l’envoyer avec au moins deux jours ouvrables d’avance à l’adresse suivante : area_museus@govern.ad.

 

 

Cours d’habilitation d’informateur touristique

 

Le Cours des guides culturels naquit comme une formation adressée aux personnes souhaitant travailler dans les musées et monuments de l’Andorre pendant la saison d’été. La formation combine les cours théoriques avec des cours pratiques afin de fournir aux participants les connaissances de base pour leur permettre de mener leur tâche avec les meilleures garanties.

Depuis l’an 2018, le Cours des guides culturels fait partie du Cours d’habilitation d’informateur touristique d’Andorre, profitant ainsi de l’occasion pour élargir les contenus et offrir ainsi une vision d’ensemble de l’offre touristique andorrane, entre autres aspects.

Le cours est composé de huit modules (qu’il est possible de suivre séparément) :

  • Module 1 : Les bonnes pratiques professionnelles : le savoir, le savoir-faire et le savoir-être d’un informateur touristique.
  • Module 2 : Le tourisme en Andorre.
  • Module 3 : Le patrimoine culturel en Andorre (correspondant au Cours des guides culturels)
  • Module 4 : Le patrimoine naturel en Andorre
  • Module 5 : L’offre et les produits touristiques de l’Andorre.
  • Module 6 : Conception d’itinéraire spécifiques.
  • Module 7 : Outils de communication et de dynamisation de groupes touristiques.
  • Module 8 : Cours de premiers secours.

 

Plus d’information

Personnes ayant obtenu le certificat du Cours d’habilitation d’informateur touristique

Travaillez avec nous

Voulez-vous faire partie de l’équipe de l’Àrea de Museus i Monuments du Ministère de la Culture du Gouvernement d’Andorre ?

Soyez attentif/ve aux convocations publiées sur le Bulletin Officiel de la Principauté d’Andorre (BOPA).

Consultez la formation requise pour accéder aux offres d’emploi de l’Àrea.

Si vous souhaitez recevoir toute l’information de l’Àrea de Museus i Monuments, offres d’emploi incluses, abonnez-vous à notre bulletin.

PassMuseu

 

Le PassMuseu est un passeport permettant de découvrir l’offre muséale de l’Andorre de façon simple, économique et intéressante.

Le passeport a un coût de 2,5 € et offre un 50% de réduction sur le prix de l’entrée de trois musées au choix parmi la plupart des musées d’Andorre.

Vous pouvez l’acheter dans les musées et les offices de tourisme du pays. 

 

Musées inclus :

  • Musée de la Moto
  • Musée Ethnographique Casa Cristo
  • Musée d’Art Sacré
  • Musée National de l’Automobile
  • MW Musée de l’Électricité
  • Centre de Nature de la Cortinada
  • Musée Postal
  • Musée Casa d’Areny-Plandolit
  • Espace Socioculturel Cal Pal
  • Meule et Scierie de Cal Pal
  • Musée de la Miniature
  • Farga Rossell Centre d’Interprétation du Fer
  • Musée Casa Rull
  • Musée La Massana Còmic
  • Dèria. Espace de Collectionnisme
  • Centre d’Interprétation du Comapedrosa (CIC)
  • Casa de la Vall
  • Espai Columba
  • Musée Fàbrica Reig
  • Centre d’Art d’Escaldes-Engordany (CAEE)
  • Musée Carmen Thyssen Andorra
  • Musée du Parfum

 

 

 

Històries de portes endins són un seguit de píndoles divulgatives en forma de vídeo, que ofereix bocins d’història interna dels museus a partir dels objectes, els espais o altres històries que li són properes.

Accedeix a tots els vídeos.