Documentée depuis le XVe siècle, la famille Rossell a été une des plus importantes de l’Andorre du point de vue économique et politique, tout comme la famille Areny-Plandolit. Elle fut également une des grandes propriétaires du pays (de terrains, de bétail et de forges), et il y eut plusieurs personnages importants au sein de la famille, parmi lesquels Antoni Fiter i Rossell (1706-1748), rédacteur du Manual Digest (1748).

Cliquez ici pour accéder à la visite

Carrer dels Portals, s/n

AD300 Ordino

Més detalls

Centrale de Réservations

Tél. : (+376) 839 760

museusandorra@gmail.com

 

L’intérieur de la maison n’est pas visitable pour des raisons de sécurité, mais il est possible de se promener par les jardins et les alentours, tout comme de suivre l’itinéraire des Rossell.

L6 Ordino

Pour en savoir plus

La chapelle et le pigeonnier

La chapelle et le pigeonnier sont les constructions les plus récentes au sein de ce noyau de propriétés de la famille Rossell au village d’Ordino. Tout comme la galerie, leur but est de souligner l’importance et le statut de la famille vis-à-vis du peuple.

La chapelle est la construction la plus moderne de tout l’ensemble. En 1779, l’évêque d’Urgell accorda sa permission pour construire le temple, qui fut consacré en 1780. La chapelle, de petite taille, est dédiée à Notre-Dame de l’Immaculée Conception, et elle en conserve une image, une des œuvres les plus remarquées du baroque andorran, réalisée par un artiste anonyme vers le milieu du XVIIIe siècle.

L’immeuble a été fréquemment modifié depuis sa construction. Il s’agit un temple à nef unique, rectangulaire et orientée vers le nord-est, avec une petite sacristie adossée à l’ouest. De plus, elle dispose d’un chœur, probablement d’origine, conduisant vers un passage reliant la chapelle à la maison, de façon à pouvoir y accéder sans avoir à traverser la rue.

Enfin, on construisit un clocher-mur pour la chapelle en 1890.

Finalement, on remplaça le plancher en bois de la nef par le plancher en béton actuel.

Les pigeonniers étaient des constructions destinées à l’élevage de pigeons, dont les excréments étaient utilisés en tant qu’engrais ; de plus, ces oiseaux pouvaient également être consommés.

Le fin enduit des murs et les dalles dépassant des ouvertures avaient pour but de protéger les pigeons des prédateurs comme les rats et les serpents.

Il existait plusieurs types de pigeonniers, allant d’une pièce de la maison jusqu’à une construction indépendante en forme de tour, comme celui de Casa Rossell.

Le pigeonnier était un symbole de statut réservé uniquement aux familles les plus aisées.

La cour et le fenil

Depuis la cour, nous pouvons voir la façade principale de la maison, orientée vers le sud-ouest pour profiter d’une exposition maximale au soleil ; c’est pour cela que l’on y trouve davantage de fenêtres. Il y a trois fenêtres protégées par des grilles au rez-de-chaussée, tandis que les deux étages supérieurs contiennent deux balcons avec des rambardes en fer : trois fenêtres à balcon au premier étage et quatre au deuxième. La rambarde en fer forgé du balcon principal, avec les initiales du nom de famille, fut probablement fabriquée au milieu du XVIIIe siècle, pendant la période de splendeur maximale de la famille, étroitement liée à la pré-industrie du fer et à un contexte économique et politique favorable.

 

La fin de la Guerre de Succession (1701-1715) noua des liens de parenté entre la monarchie espagnole et la française, ce qui répercuta positivement sur l’économie andorrane et favorisa le commerce avec les pays voisins. La famille Rossell était liée à l’industrie métallurgique au moins depuis l’an 1619, alors qu’ils étaient copropriétaires de la forge d’El Serrat avec la famille Areny-Plandolit. Plus tard, au milieu du XIXe siècle, Bonaventura Riba Calva épousa Francisca Magdalena de Casa Rossell et décida de construire sa propre forge afin d’augmenter le pouvoir économique de la famille : la forge Rossell, à la Massana, qui fonctionna de façon intermittente entre 1842 et 1876. Il fut succédé en 1863 par son fils Joaquim Riba Fiter, qui décéda l’an 1867. La forge fut ensuite gérée par son épouse Dolors Camarlot, et par ses fils aînés, Maria Dolors et José, jusqu’à sa fermeture en 1876.

Les Rossell devinrent la deuxième maison la plus importante de la paroisse d’Ordino, juste après la maison d’Areny-Plandolit, à partir du milieu du XVIIe siècle. Au fur et à mesure que les Rossell augmentaient leur patrimoine économique, ils amélioraient leur position sociale à travers les alliances matrimoniales qu’ils cherchaient en dehors de nos vallées, surtout avec des membres de la bourgeoisie aisée des comarques pyrénéennes. L’importance politique de la famille augmentait aussi.

 

La cour de Casa Rossell est un espace pavé, fermé à l’extérieur, réservé à la famille ; un espace polyvalent autour duquel s’organisaient les divers volumes qui composaient la maison, utilisé pour y mener toute une série de tâches liées à l’agriculture et l’élevage, qui constituaient l’activité économique principale de la famille au fil des siècles.

La partie la plus plate de la cour fonctionna certainement comme une aire de battage pendant une époque : on y étendait la paille sèche et, à l’aide des mules que l’on faisait circuler par-dessus, on la battait pour la garder au grand fenil et on recueillait le grain pour en faire de la farine. L’aspect actuel de la cour correspond probablement au XIXe siècle ou au début du XXe.

Le grand fenil était composé de deux étages aux fonctions très précises : le rez-de-chaussée faisait office d’étable pour le bétail de la maison ; l’étage d’en haut servait pour y garder la paille, utilisée une fois sèche pour nourrir le bétail pendant les longs mois d’hiver, puisque le manque de pâtures ne permettait pas de porter le bétail à l’extérieur. On y remarque la grande ouverture (gaial) qui occupe toute la largeur de la façade.

L’agriculture et l’élevage furent la principale source de revenus de la famille Rossell au long de son existence, mais la structure de cette activité changeait au fur et à mesure, au gré des exigences du marché. Par exemple, entre le XVIIe et le XXe siècle, la famille fut une grande productrice de blé, principalement destiné à la vente. En 1810, la famille Rossell avait plus de 58 hectares de production de blé à Ordino.

Les changements dans l’activité économique peuvent être constatés principalement dans la composition de l’activité d’élevage. Au XVIIe siècle elle est composée principalement de brebis (entre 2.000 et 5.000 têtes de bétail) ; au XVIIIe siècle on y introduit des mules, tout en maintenant les brebis ; le nombre de ces dernières diminuera au long du XIXe siècle pour y introduire des équidés ; enfin, à partir de la fin du XIXe siècle, l’activité se centre sur l’élevage et l’exportation de bovins.

 

Depuis la cour, nous voyons également la galerie avec les fenêtres ogivales, un des éléments conçus pour signaler le statut de la famille. Nous savons que son aspect n’est pas celui d’origine, puisque la galerie apparait sur une photographie prise en 1890 par le Centre Excursionista de Catalunya (« Centre Randonneur de la Catalogne ») avec un aspect très différent. La galerie a certainement adopté l’aspect que nous lui connaissons à un moment indéfini entre 1890 et 1930. En fait, les galeries ne sont pas très habituelles dans les maisons andorranes, puisqu’il s’agit d’un type de construction plus adapté aux climats chauds. Cela dit, il existe d’autres maisons importantes andorranes disposant également d’une galerie, comme Cal Guillem d’Andorre-la-Vieille ou Cal Giberga de l’Aldosa.

Fenil de Casa Rossell

Aspect de la cour du fenil, un espace multifonctionnel destiné à une grande quantité de tâches, principalement liées à l’agriculture et à l’élevage.

Le grand fenil

L’espace a une double fonction : l’étage supérieur contient l’herbe pour alimenter le bétail pendant l’hiver, et l’étage inférieur était utilisé comme étable pour y garder les animaux.

L’intérieur du grand fenil

Un grand espace destiné au stockage de l’herbe servant d’aliment pour le bétail pendant les mois d’hiver. Il s’agit de nos jours d’un espace multifonctionnel destiné à la culture.

Pigeonnier

Ce bâtiment à quatre étages était dédié exclusivement à l’élevage de pigeons, dont les excréments (la colombine) étaient utilisés pour fertiliser les terres agricoles.

Chapelle de Casa Rossell

Aspect actuel de la chapelle privée des Rossell ; le chancel est présidé par l’Immaculée Conception.

Bénitier

Détail du bénitier de la chapelle privée des Rossell.

Intérieur du pigeonnier

Dernier étage du pigeonnier ; on peut y apprécier les ouvertures permettant l’entrée et la sortie des pigeons ; ils y reviennent toujours, puisque la nourriture y est garantie.

Vue de la chapelle

Aspect de la chapelle privée des Rossell, surmontée d’un clocher-mur et, derrière elle, le pigeonnier de la famille.

Les jardins

Une promenade dans les jardins de Casa Rossell, qui à l’origine faisaient partie des potagers de la maison, nous conduit à travers des escaliers jusqu’au village d’Ordino. Depuis la rue Carrer dels Cóms, nous pouvons observer la splendide maison de Casa Rossell, avec sa galerie singulière et sa façade. Un dernier regard vers la maison de maître du XVIIe siècle et les alentours, un signe du pouvoir détenu par la famille Rossell au long de quatre siècles.

L’intérieur

L’intérieur de la maison (qui n’est pas visitable) contient plusieurs celliers au rez-de-chaussée ; une salle à manger principale, des chambres à alcôve et la cuisine au premier étage ; d’autres chambres et deux salles de stockage au deuxième étage et enfin un grenier sous la toiture. De l’extérieur, nous pouvons voir des orifices au niveau du grenier servant de pigeonnier en façade.